Accueil Le projet Le Bateau Enfants Carnet de route Liens Images

 

  '

 

                                                                   Avant    Après

 

 

Tahiti (28 au 4 juin): Tahiti et ses embouteillages...surtout ne pas louer de voiture ! Les indications touristiques étant très rares, trouver ce que l'on cherche est un pur hasard, un coup de chance! L'île est formée de deux montagnes un peu arrondies (piquant tout de même à 2500m); une seule route en fait le tour ; quelques sentiers intérieurs, des plages de surf noires, des villas chics sur les hauteurs, des grues qui ne cessent de gratter la montagne mais l'eau du lagon est claire et chaque patate de ècorail est  habitée. Au mouillage, beaucoup de bateaux sont sur corps morts car nombreux sont les navigateurs ayant trouvé un travail par ici (infirmiers, professeurs...mais pas les pilotes aux licences canadiennes!) A partir de la marina Taina le ravitaillement est facile avec le supermarché(Carrefour) à 5min de marche. Et pour la première fois depuis le Canada, il y a récupération des batteries et des huiles usées! A l'Intercontinental (ancien beachcomber) danses Tahitiennes les mercredi, vendredi et samedi. Internet via Iaoranet . . Mais voilà, Tahiti ne nous a pas séduit, et le 5 juin nous repartons pour Moorea...

                        

 

 Moorea (5au 9 juin):  Nous choisissons d'abord la baie de Cook . Deux voiliers au mouillage. Le paysage est imposant, la végétation toute proche. L'accès à la plage est un vrai grattoir pour annexe tant les coraux affleurent. Mais nous insistons tout de même histoire de dégourdir nos gambettes . La promenade le long de la route qui mène au village n'a rien d'intéressant, néanmoins on peut visiter l'épicerie, trois banques, une pâtisserie, une pizzeria feu de bois, des magasins de perles...                  Autour du bateau trois Tétrodons, des raies, un Platax.

                                                                                             

 Baie de Opunohu : Le mouillage ne nous était pas inconnu et c'est donc confiants que nous avons rejoint notre place, proche de la bouée jaune sur 4m de fond. Hors week-end pas grand monde au mouillage... Le paysage est tout aussi grandiose que la baie de Cook; avec une belle plage en plus. Les balades à pied sont plus agréables, la route étant plus large et la circulation moins dense.  A l'hôtel du beachcomber(a 2Nm vers l'ouest), séance nage avec les dauphins (des dauphins retraités de l'armée américaine)dans un bassin naturel de sable et de corail...l'expérience dure une heure dont 30 min à caresser et jouer avec un dauphin; on s'est bien amusé! www.mooreadolphincenter.com Par ailleurs nous avons appris que juin est la saison des baleines à bosse qui viennent mettre bas dans la région...donc peut-être  aurons nous droit au spectacle! En attendant nous avons grimpé jusqu'au belvédère (10km aller-retour), goutté aux produits de l'école agricole et acheté la spécialité du coin : les ananas.

              

Huahine : départ le 9(samedi soir) vers 17h pour une traversée de 75Nm voile, puis moteur sur une houle très tranquille. Cela faisait longtemps que l'on avait pas pris le temps de se laisser aller vers les étoiles. Deux étoiles filantes.  A 25Nm les montagnes de Huahine (450m)sortent déja sur l'horizon. Courant entrant ou sortant ?Euh ...je sais plus! Mais les passes comme à Tahiti et Moorea, n'ayant rien de compliquées (contrairement aux Tuamotu)on devient très négligeant sur l'heure des marées , mais par contre une bonne visibilité des coraux nous motive plus pour arriver à l'heure . En prenant celle de Farerea, nous longeons la côte ouest vers le sud et trouvons nos 4 mètres d'eau à l'ombre du Motu Murimahora. Seuls, nous explorons notre territoire de jeu. Au milieu, le courant étant assez fort (1,5kt), nous glissons, bras et jambes écartés, au dessus d'un beau spectacle de coraux et de poissons dans 3m d'eau.

                                                                                     

Le deuxième mouillage, non loin du village de Fare, est en plein courant, l'ancre a du mal à accrocher le sable durci. Faute de nager, nous partons visiter le village. Tout y est : épicerie, pharmacie, artisanat, et le chemin de l'école qui après les vaches, nous mènera à une culture de vanille.

                                                             

Tahaa :Nous rejoignons Tao et Ushuaia. Pas loin du Motu Tehotu, nos quilles sont à 70cm du sable. Avec la montagne de Bora Bora en fond, il ne manquait plus que les ukulélé. Proche de la barrière, petite marche au milieu de beaux coraux avec de l'eau jusqu'aux fesses. Vers 17h les crabes des cocotiers crapahutent sur la plage, et les moustiques sont en apétit! Il est temps de rejoindre la mer...Ce soir au programme cinéma  : les aventures de Tintin.

                                                           

Bora Bora : ça y est, la "vieille berta"(notre génératrice de 2600h) ne veut plus ou pesque plus, car aujourd'hui alors que j'écris elle marche!  Condensateur neuf, pompe neuve. Le temps, le sel, les vagues l'on usé, la motivation n'y est plus...elle est fiu (fatiguée en tahitien). Notre premier mouillage est très agréable. Juste à droite de la passe, en face du Motu Tapu, sur 5m de fond de sable(mou). Pas un seul poisson sous le bateau(à part le soir) mais à droite du Motu(coté passe), des tortues et plein de vie dans les coraux. Au petit matin les vagues des bateaux nous réveillent en douceur et continuent toute la journée... Au village, la circulation est dense et la chaleur est écrasante. Le supermarché manque de fruits mais des petits vendeurs extérieurs proposent selon les jours des ananas, des bananes...Proche de la grande église, un gros manguiers croule sous ses mangues qu'une vieille dame vend juste en-dessous.     

                                                       

Un mille un peu  plus au sud , un autre mouillage(6m) au milieu de patates assez profondes, permet de rencontrer des raies pastenagues (racolées par des bateaux touristes ravitailleurs)et de nager au pied de la barrière au milieu de superbes jardin de corail.

                                  

En repartant vers le nord les Motu deviennent  encombrés par une prolifération d'hôtel de plus en plus chics. Nous avons bien essayé de poser deux fesses sur une des plages mais un videur a fini par revendiquer la propriété privé...nous ne sortirons pas les articles de la loi française!

                                                                                                           

La seule place agréable est  la partie sud de la cote Est, proche de la pointeTupitipiti. De grands bancs de un mètre de sable offrent un spot de planche et de kite pas trop désagréable!!Et yann, après avoir observé son père, s'est aussi lancé à l'apprentissage de la planche à voile.

                               

En face, le club Med offre des journées location materiel/repas pour 5000CFP, et une petite course en hobie cat 16 aurait pu etre sympa mais nous avons appris tout pantois, mouillés par une averse et désepérés par tant de bêtise, qu'un préavis de 24h était nécessaire pour débarquer à leur ponton privé...ou alors vous arrivez par la terre...vive la France(jamais des polynésiens nous auraient reçus de cette façon...)! Le lendemain (27 juin),un peu courbaturés par cinq jours de sport, nous rejoignons, sous un temps pourri, les bouées du Yacht-club qui ne sont plus au nombre de 13 mais 8! Le paysage n'y est pas des plus gracieux , l'eau peu attirante pour la baignade mais.....Internet , douche, machine à laver,eau(que l'on ne trouve plus au Total) et le village de Vaitape à 30 min de marche afin de participer un peu aux festivités du heiva(leur fête nationale qui dure presque un mois).

                                                 

Le départ pour les Tonga se prépare pour le dimanche 1er juin; neuf jours de traversée avec pour l'instant un bon vent arrière prévu pour quelques jours. Plein d'eau, de fuel, l'épicerie,du sirop de menthe pour faire passer l'eau durant la navigation, du citrate de betaïne pour alléger l'estomac...et quelques petits plats préparés pour le début en cas d'incapacité à mettre le nez dans mes fourneaux! Le laçage du trampoline est refait ainsi que le changement d'huile et quelques filtres,  la vérification du ragage de la drisse de spi(nos drisses précédentes n'ont duré que 800 Nm...mauvaise qualité ou ragage excessif?).

                                                 

                                                            

 

                                         

Carnet de Voyage